LEBIENDEZENFANTS Index du Forum

LEBIENDEZENFANTS
Loi de "refondation" de l'école, réforme des rythmes scolaires : la marche forcée vers la fin de l'école publique en France !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

quimper.letelegramme.com

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LEBIENDEZENFANTS Index du Forum -> LEBIENDEZENFANTS -> La presse en ligne suit le dossier de près
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
laurent


Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2013
Messages: 16

MessagePosté le: Jeu 31 Jan - 12:59 (2013)    Sujet du message: quimper.letelegramme.com Répondre en citant

http://quimper.letelegramme.com/local/finistere-sud/quimper/ville/rythmes-s…



Rythmes scolaires. Les impacts sur les MPT
31 janvier 2013 - Réagir à cet article



Les maisons pour tous quimpéroises se révèlent prises de court par la réforme des rythmes scolaires. Cette dernière, envisagée à Quimper dès la rentrée 2013, leur pose bien des questions. Tour d'horizon.





À Ergué-Armel. « Nous sommes, à la MPT, favorables à un meilleur aménagement du temps de l'enfant, mais il nous semble qu'il aurait fallu prendre le temps d'une réflexion partagée entre tous les acteurs concernés », commente Yvan Vivier, le directeur de la MPT d'Ergué-Armel. « Car au-delà de la dimension pédagogique et éducative, l'application des nouveaux rythmes scolaires aura des impacts sur notre fonctionnement et aussi dans nos relations aux parents », résume-t-il. « Impact organisationnel : 165 enfants, douze activités déplacées, sept professionnels dont deux salariés de la Ville et un animateur sportif seraient concernés si les écoliers devaient avoir classe le mercredi. Autant d'enfants le seraient le samedi, comme des adultes inscrits aux ateliers parents enfants », illustre Yvan Vivier. « Impact juridique pour nos intervenants en CDI à temps partiel qui ont plusieurs employeurs. Impact économique enfin, car si nous déplaçons des activités, nos adhérents pourront-ils suivre ? Pourrons-nous conserver tous les créneaux ou faire des choix ? Or les cotisations représentent 50 % de nos moyens », complète le directeur de la MPT armeloise. Émilie, une stagiaire en licence pro à l'UBO, va étudier ces résonances. « Nous allons adresser deux questionnaires aux parents et aux intervenants, pour recueillir leurs avis et alimenter notre réflexion », émet-il. À Penhars. Tableau différent à la MPT de Penhars. « A priori, nous serions peu impactés, ni le mercredi et ni le samedi. Nous avons, en effet, très peu de jeunes adhérents inscrits à des activités payantes », résume Patrick Clermont, le directeur de la MPT de Penhars. « En ce qui concerne les temps rendus disponibles dans la journée de classe, nous serions ouverts pour mettre à disposition des salles, de danse par exemple, pour des activités, à condition qu'il y ait des intervenants qualifiés et disponibles », signifie-t-il. « Mais, par ces réaménagements rapides, sans que l'on ait poussé la réflexion avec tous les acteurs, va-t-on vraiment porter attention aux besoins des enfants sans accentuer les inégalités ? », s'interroge Patrick Clermont. Au Moulin-Vert. Du côté du Moulin-Vert, une soixantaine d'enfants fréquentent le centre de loisirs de la maison de quartier le mercredi matin. « S'y ajoute un atelier danse avec Pomme Piment. Le samedi, une douzaine de 6-10 ans participent à un atelier décentralisé de l'école d'art », précise son directeur Pascal Vallas. « Nous n'avons pas trop réfléchi aux conséquences de la réforme pour le moment. Nous sommes un peu pris de court. Nous y verrons plus clair très vite », indique-t-il. À Kerfeunteun. Gilbert LeGuillou, le directeur de la MJC-MPT de Kerfeunteun trouve, lui aussi, « les délais un peu courts pour répondre à toutes les questions posées ». « Nous accueillons entre 60 et 70enfants le mercredi matin dont une trentaine en centre de loisirs et l'autre moitié sur des activités : théâtre, éveil à la danse, activités scientifiques et techniques... », expose-t-il. « Il y a beaucoup d'incertitudes : Si l'enfant est par exemple libéré à midi, faudra-t-il ouvrir le centre de loisirs avec des repas à midi ? Qui ira chercher l'enfant à l'école ? Trouvera-t-on des locaux et les enseignants seront-ils disponibles à d'autres horaires ? Envoyer nos animateurs sur des activités culturelles et sportives périscolaires, aura aussi un coût... », égrène le directeur. « Je pense que cela poserait moins de problème de faire cours le samedi matin. Nous avons moins d'activité et on pourrait les reporter l'après-midi. Ça aurait aussi un impact financier moins important ».
  • Ronan Larvor et Bruno Salaün


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 31 Jan - 12:59 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
laurent


Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2013
Messages: 16

MessagePosté le: Jeu 31 Jan - 13:00 (2013)    Sujet du message: quimper.letelegramme.com Répondre en citant

Carl Floc'hlay - la Quimpé : « Le problème des bénévoles »
« Tous les mercredis matins, nous avons ici entre 150 et 200enfants du baby gym à l'âge de 2 ans aux jeunes de 13 ans », dit Carl Floc'hlay, éducateur professionnel à la Quimpé. « Nous avons été un peu rassurés d'apprendre que les communes de Plomelin, Pluguffan, reportaient le passage à la semaine de quatre jours et demi à 2014. Nous pourrons donc continuer un an avec les enfants des communes avoisinantes que nous accueillons. L'an prochain, nous allons orienter les enfants des communes non concernées immédiatement par la semaine de quatre jours et demi vers le mercredi matin ». « Mais en 2014, il nous faudra rechercher de nouveaux créneaux pour ne pas perdre cet effectif. La première solution est de densifier les cours actuels ». « Nous réfléchissons à une réduction de leur durée par exemple en gagnant un quart d'heure sur chaque cours pour ouvrir des possibilités en semaine ». « Le mercredi matin, nous fonctionnons avec trois professionnels et une dizaine de parents bénévoles. Il faudra aussi réorganiser cet encadrement. La question est de savoir si nous trouverons des parents disponibles sur toute la semaine. Tout cela sera compliqué d'un point logistique ».


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:59 (2018)    Sujet du message: quimper.letelegramme.com

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LEBIENDEZENFANTS Index du Forum -> LEBIENDEZENFANTS -> La presse en ligne suit le dossier de près Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com