LEBIENDEZENFANTS Index du Forum

LEBIENDEZENFANTS
Loi de "refondation" de l'école, réforme des rythmes scolaires : la marche forcée vers la fin de l'école publique en France !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

journée du 22 mai 2013 : venez tresser la corde qui servira à vous pendre !

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LEBIENDEZENFANTS Index du Forum -> LEBIENDEZENFANTS -> ARTICLES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
jeandesmoulins
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2013
Messages: 101

MessagePosté le: Jeu 16 Mai - 17:50 (2013)    Sujet du message: journée du 22 mai 2013 : venez tresser la corde qui servira à vous pendre ! Répondre en citant


https://www.facebook.com/ecoleintelligente/posts/530378870359783
Jusqu’où ira le machiavélisme du ministère de l’Education Nationale ?

Ces deux prochains mois,18 heures de cours seront retirées aux élèves. Durant ces heures, les professeurs des écoles seront contraints par leur hiérarchie à tresser la corde avec laquelle ils seront bientôt pendus.
Pour ceux qui ne l’ont pas encore compris, derrière le prétexte de « l’intérêt des enfants », la réforme des rythmes scolaires n’a pour seul objectif que le démarrage de la décentralisation de l’école primaire et ainsi le désengagement progressif de l’Etat du secteur de l’éducation.
Concrètement, il s’agit de préparer le terrain d’un point de vue juridique et administratif pour le transfert de la charge des salaires des enseignants du primaire de l’Etat vers les communes, avec toutes les inégalités qui forcement en découleront sur le territoire.
Afin de graisser les rouages de cette mécanique impitoyable, le ministère est allé jusqu’à débloquer une enveloppe de 250 millions d’euros en pleine période d’austérité, pour aider les communes à organiser de « activités périscolaires » , sachant que si tout se passe comme prévu, cet investissement sera largement amorti par le transfert de la charge des salaires des professeurs des écoles.

Cette réformes est imposée aux enseignants qui étaient dans leur grande majorité en grève le 12 février 2013 pour la dénoncer : suppression de la pause du mercredi, allongement de la pause méridienne, accroissement de la fatigue des élèves, occupation des classes pour les activités périscolaires, risques de confusion scolaire-périscolaire, …,et bien sûr, risques pour le statut de fonctionnaire d’Etat des professeurs des écoles.

Pendant toute une année, nous avons été méprisés par notre ministre, insultés par les médias, montrés du doigt comme étant de gros fainéants corporatistes et privilégiés, à l’origine de tous les problèmes de la société, l’illettrisme, la violence, le chômage … ; manipulés par nos syndicats majoritaires qui ont si bien su étouffer la contestation.
Les activités périscolaires prévues par cette réforme tellement merveilleuse qu’elle a été rejetée par 80 % des communes pour la rentrée 2013, à qui ordonne-t-on maintenant de les mettre en place ?….aux professeurs des écoles ( dont ce n’est pas le métier soit dit en passant )
Ainsi donc, des réunions sont imposées le mercredi 22 mai 2013 à la place des cours ( 6 heures) , et sur 12 heures prises sur l’aide personnalisée, pour que l’on se creuse la tête afin d’organiser la pagaille qu’ils ont décidé de mettre dans les écoles ( problèmes de personnels, d’effectifs, de locaux, d’horaires … ) contre notre volonté et celle de très nombreux parents d’élèves.
Qu’ils se démerdent !
Y a-t-il d’autres salariés en France à qui on demande de faire un travail qui n’est pas le leur ( organiser des activités périscolaires ) et en même temps, de creuser leur propre tombe ( car il est contraire à notre intérêt statutaire que cette réforme fonctionne, si tant est qu’elle puisse fonctionner un jour )
Si nous avons l’obligation d’être présents à ces réunions, nul n’est tenu d’avoir des idées pour l’organisation du travail d’autres personnes, dans un domaine qui n’est pas le sien ( l’animation ) ; nul n’est tenu de connaître des associations pouvant intervenir dans les écoles, et à ce sujet, attention à notre responsabilité en cas de dérives ou de problèmes liés aux associations que nous aurions fait entrer dans l’école, ou aux activités que nous aurions mises en place.
La meilleure chose à faire ces prochaines semaines pour contrecarrer leurs plans et nous protéger juridiquement, c’est la Résistance Passive ! pas d’idées ……….encéphalogramme plat ………………………….. et l’année prochaine, nous verrons comment ils se débrouillent avec leur fausse bonne idée.



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 16 Mai - 17:50 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
jeandesmoulins
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2013
Messages: 101

MessagePosté le: Jeu 16 Mai - 17:57 (2013)    Sujet du message: journée du 22 mai 2013 : venez tresser la corde qui servira à vous pendre ! Répondre en citant

http://75.fo-snudi.fr/spip.php?article541



Communiqué du SNUDI-FO 75 (9 avril 2013)
Après le Maire de Paris c’est le DASEN qui veut passer en force !
Publié le 11 avril 2013


Le SNUDI-FO invite les collègues à ne répondre à aucune sollicitation d’où qu’elle vienne pour mettre en place le projet éducatif de la mairie.



Le SNUDI-FO Paris vient de prendre connaissance de la note signée du DASEN portant sur " l’organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires à la rentrée 2013 ".



Sans même avoir validé le projet éducatif de la Mairie, avant même que les instances réglementaires aient été consultées, l’académie de Paris veut précipiter les choses en banalisant une journée (le 22 mai) et en libérant 12 heures d’aide personnalisée.



Le SNUDI FO le répète : les choses ne sont pas jouées, nul ne peut se soustraire aux obligations réglementaires. Le projet n’est pas validé par notre employeur qui est encore l’Education nationale.




Des milliers d’enseignants ont déjà contresigné la pétition intersyndicale qui exige du DASEN qu’il ne valide pas le projet de la Mairie. Lundi 15 avril l’Intersyndicale (SNUipp/FSU, SNUDI FO, SE UNSA, SUD, CGT, CNT) portera la volonté majoritaire de la profession appuyée sur des milliers de signatures.


Revenir en haut
jeandesmoulins
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2013
Messages: 101

MessagePosté le: Jeu 16 Mai - 18:00 (2013)    Sujet du message: journée du 22 mai 2013 : venez tresser la corde qui servira à vous pendre ! Répondre en citant

http://75.fo-snudi.fr/spip.php?article544


Communiqué du SNUDI-FO (Vendredi 19 avril)
Pour l’abandon du projet Peillon/Delanoë, Pour la défense de notre statut et de nos conditions de travail
Publié le 22 avril 2013




Pétition intersyndicale : près de 4000 signatures ont été remises au DASEN lundi 15 avril…

Avec l’intersyndicale, ces 4 000 signataires affirment : « Le DASEN ne doit pas valider le projet de la mairie. (…) L’adoption du vœu de la mairie ne règle rien. Nous n’acceptons pas de voir l’école soumise aux groupes de pression ni de voir les horaires des élèves et des enseignants fixés par la municipalité ».

Le lendemain se tenait un CTA, comité technique académique, consacré aux rythmes scolaires : à cette étape, le document transmis par la mairie au rectorat n’est qu’un "avant-projet".

Le projet officiel de la mairie ne sera connu que d’ici fin avril. Le DASEN n’a donc encore rien validé et au rectorat tout le monde visiblement s’inquiète des conditions dans lesquelles la réforme va s’appliquer…

Mercredi 22 mai, journée banalisée : ce n’est pas aux collègues d’élaborer le projet éducatif territorial et de répondre aux appels à projets et au « marché de prestations éducatives » lancés par la mairie. Il n’y a aucune obligation de s’impliquer dans le PEDT.

Il n’est pas admissible que les collègues soient réquisitionnés le 22 mai pour « réfléchir » à l’articulation du scolaire et du périscolaire, à la mise à disposition des locaux aux associations et intervenants, aux «  thématiques possibles d’ateliers pluridisciplinaires, expérimentales et innovantes » etc…


D’autre part, consacrer aussi 12 heures d’aide personnalisée à cette « réflexion » entraîne incompréhension et mécontentement de la part des collègues, certains ayant effectué toutes leurs heures, d’autres étant exempts d’AP…Une mesure n’ayant aucun sens qui exprime l’impéritie des autorités !

Les enseignants veulent rester des enseignants. Ils n’ont pas à se transformer en employés et en prestataires de la mairie, ils s’opposent à la confusion entre le scolaire et le périscolaire, à la définition par la mairie de leurs missions et obligations de service.

Ce jour là, le 22 mai, le SNUDI-FO propose aux autres syndicats l’organisation d’une réunion d’information (inter)syndicale sur le temps de travail de 9h à 12h ouverte à tous les collègues. C’est un droit statutaire qui ne peut nous être refusé…
Le 22 mai, en réunion intersyndicale et par d’autres initiatives, nous réaffirmerons les revendications :
 abrogation du décret sur les rythmes scolaires, abandon du PEDT parisien,
 l’Education doit rester nationale, non à la territorialisation et la loi de refondation

 défense de tous les droits statutaires (indépendance professionnelle, liberté pédagogique…)


En supprimant les cours le 22 mai (journée de récupération qu’on nous imposait « dans l’intérêt de l’enfant » !) le DASEN décide de modifier son propre calendrier scolaire sans même consulter le CDEN ! Les autorités académiques ne peuvent se soustraire à la réglementation : le CDEN doit être consulté, le SNUDI-FO en demande la convocation

Tout le monde a bien compris que l’intention de la mairie et du rectorat est de passer en force, toutefois le SNUDI-FO tient à rappeler qu’il existe encore une réglementation que les autorités se doivent de respecter, y compris dans le « territoire » parisien. Ainsi, il ne peut y avoir de modification du calendrier scolaire (en l’occurrence suppression d’une journée de classe qui remplaçait une journée supplémentaire de congé à la toussaint) sans consultation du Conseil départemental de l’Education nationale, instance réunissant l’administration, les représentants de la Ville de Paris, les représentants des fédérations de parents et des syndicats. Cette disposition impérative est précisée par l’article D 521-4 du Code de l’Education.

Pour s’opposer à la dégradation de nos conditions de travail avec l’application du décret, le SNUDI-FO demande la convocation du CHS-CT (Comité Hygiène et Sécurité et Conditions de Travail) ...

Cette instance, ayant une compétence sur les conditions de travail, doit pouvoir examiner toutes les conséquences du décret Peillon sur l’organisation du travail et la situation des personnels (charge et horaires de travail, conséquences du mercredi travaillé, de l’utilisation des locaux par les associations etc…)

Face aux pressions et aux ingérences pour nous imposer le Projet éducatif territorial
informez le SNUDI-FO de tout problème
Le syndicat rencontrera prochainement en audience le DASEN
et l’adjointe au maire chargée de la vie scolaire
Rappel : réunion d’info syndicale pour les directeurs mardi 23 avril 14-17h

Bourse du travail 3 rue du Château d’eau, salle Eugène Varlin


Revenir en haut
jeandesmoulins
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2013
Messages: 101

MessagePosté le: Jeu 16 Mai - 18:07 (2013)    Sujet du message: journée du 22 mai 2013 : venez tresser la corde qui servira à vous pendre ! Répondre en citant

http://sudeducation75.org/spip.php?article566

Stage rythme scolaire le 22 mai 2013
Derniers jours pour s’inscrire : date limite le 22 avril
jeudi 18 avril 2013
par Sud éducation Paris
popularité : 93%



Rythmes scolaires


SUD Éducation Paris a décidé d’ organiser une journée de formation syndicale sur les rythmes scolaires (pour tous-tes les collègues, syndiqués ou non) le mercredi 22 mai, plutôt que de participer à la journée voulue par le rectorat. Attention aux délais : il faudra déposer les demandes individuelles très rapidement (voir modèle de lettre en pièce jointe), au plus tard le 22 avril.
Ce stage est accessible à tous les personnels syndiqués ou non, relevant de l’Etat ou de la ville de Paris. Donc peuvent participer : Atsem, ATE, Animateurs, Instits, PVP....ATTENTION pour les personnels Ville de Paris il faut absolument qu’ils signalent leur inscription à SUD éducation Paris (en plus de le dire à leur hiérarchie avec la lettre en lien) car le syndicat doit fournir la liste nominative des participants VdP à la DASCO. Normalement, la demande de stage ne peut être refusée par le DASEN car le seul argument réfutable contre le congé formation c’est la continuité du service, puisque nous n’accueillons plus les élèves ce jour là, cet argument ne peut pas être utilisé. Si refus il y a, le DASEN doit le faire par écrit 15 jours avant le début du stage, l’ICC ne peut pas refuser le stage, ce n’est que le DASEN. Il faut s’inscrire par la voie hiérarchique avant le 22 avril.
Alors que la mairie a ouvert un « marché de prestations éducatives » en envoyant aux associations et aux boites privées des appels à projet, Le DASEN, M. Duthy, a envoyé le 8 avril une circulaire dans les écoles pour modifier les obligations de service des enseignants dans les prochains mois et cela avant même que l’avant-projet ne soit présenté au CTA : la journée de classe prévue mercredi 22 mai (en remplacement d’une journée allongeant les vacances de Toussaint) et 12 h d’aide personnalisée se voient banalisées pour que les enseignants consacrent ce temps à la préparation de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires contre laquelle nous nous sommes très majoritairement battus ces derniers mois. Le rectorat se doutait bien que, s’il demandait cela en plus des horaires d’enseignement et de service prévus initialement cette année, il n’y aurait guère de volontaires. Cette manœuvre, comme l’ensemble du projet sur les rythmes, doit être dénoncée (le 15/04 lors du dépôt des pétitions au rectorat, le 16 lors du CTA, ...). Nous devons aussi, concrètement, refuser de collaborer à la mise en œuvre de ce dispositif. Par ailleurs certains inspecteurs, comme dans la 18 C, proposent déjà un calendrier de réunions dès le 15 avril dans lesquelles ils/elles comptent intervenir ! Il est hors de question de nous voir imposer un calendrier de réunions que ce soit par les ICC ou les mairies ! C’est au conseil des maîtres (cf. les textes, y compris la circulaire de Duthy) de fixer les jours et horaires des réunions éventuelles. S’il vous reste moins de 12 heures, il n’est évidemment pas question de faire des heures supplémentaires pour suppléer aux carences de la mairie ! Après le passage en force de la mairie de Paris et alors que plus de 80% des communes n’appliquent pas le décret à la rentrée 2013, le DASEN nous demande maintenant d’organiser le grand n’importe quoi pour cette rentrée !
Ne restons pas isolés, réunissons nous en AG d’arrondissement ! Après le dépôt de près de 4000 signatures lors du CTA du lundi 16 avril, faisons de cette journée du 22 mai une nouvelle étape de mobilisation face à la désorganisation imposée par la mairie et que le rectorat de Paris cautionne. Refusons de le mettre nous-même en place le 22 mai ou lors d’autres réunions !


Revenir en haut
jeandesmoulins
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2013
Messages: 101

MessagePosté le: Jeu 16 Mai - 18:15 (2013)    Sujet du message: journée du 22 mai 2013 : venez tresser la corde qui servira à vous pendre ! Répondre en citant

http://75.snuipp.fr/?Mercredi-22-mai-reunion-d
[color=][/color]
Mercredi 22 mai, réunion d’information syndicale, les enseignants n’ont pas à élaborer le contenu du périscolaire !
publié le 19 avril 2013





Malgré la mobilisation quasi-unanime des enseignants engagée depuis novembre dernier, et notamment la remise lundi 15 avril de la pétition unitaire parisienne signée par 4000 enseignants, le Dasen confirme son intention de valider le projet éducatif territorial de la Ville. 




Poursuivant sa logique d’accompagnement des décisions de la ville de Paris sur l’organisation du temps scolaire à la rentrée 2013, le Dasen a banalisé la journée du mercredi 22 mai. Il souhaite que les équipes enseignantes engagent une réflexion sur le nouvel emploi du temps scolaire et dans un second temps sur l’articulation scolaire/péri-scolaire, y compris des propositions de contenu des activités péri-scolaires.



Un des motifs principaux de contestation se trouve justement être la confusion entre le scolaire et le péri-scolaire. Pour le SNUipp-FSU, si l’articulation entre ces différents temps est nécessaire, elle doit se faire dans le respect des compétences de chacun. C’est bien à la Mairie de mettre en place son projet et de le présenter aux parents d’élèves. En aucun cas les enseignants doivent élaborer le contenu du périscolaire dans leur école. 




Lors de cette journée du 22 mai et afin d’offrir un cadre plus large de débats que le périmètre de l’équipe enseignante, à l’appel de l’intersyndicale parisienne, une assemblée syndicale sur temps de travail est organisée de de 9h30 à 12h30 Bourse du travail, 3 rue du Château d’eau (10e).

Les modalités pour y participer sont fort simples, il suffit d’en avertir son ICC au plus tard la veille, voir ci-dessous.

Raymonde GROSJEAN
Professeur des Ecoles Ecole élementaire
12 rue du Porto 75019 PARIS

Paris, le 24 avril 2013

à M l’I.C.C.

OBJET : PARTICIPATION A UNE REUNION D’INFORMATION SYNDICALE

M... l’Inspect... de la circonscription
J’ai l’honneur de vous informer que conformément à l’article 5 du décret 82-447 du 28 mai 1982 sur le droit syndical des fonctionnaires, je participerai à la réunion d’information syndicale organisée par le SNUipp-Paris le 22 mai 2013. Veuillez croire, Monsieur l’Inspecteur d’académie, en mon profond attachement au service public d’éducation.
signature


Revenir en haut
Pascal


Hors ligne

Inscrit le: 28 Jan 2013
Messages: 7

MessagePosté le: Ven 17 Mai - 18:13 (2013)    Sujet du message: journée du 22 mai 2013 : venez tresser la corde qui servira à vous pendre ! Répondre en citant

PET : ATTENTION DANGER !IL NE FAUT SURTOUT PAS YPARTICIPER !
Circulaire ministérielle sur les Projets Educatifs Territoriaux (PEDT)BO du 21 mars 2013
• les enseignants placés sous la tutelle des collectivités territoriales
  http://snudifo60.over-blog.com/
• l’école républicaine men
acée de dénationalisation/territorialisation
La circulaire ministérielle sur les Projets Educatifs Territoriaux (PEDT) est sortie… Comme vous allezle voir, il s’agit bien dans le cadre de l’acte III de la décentralisation de territorialiser, dénational
iser 
l’école de la République, d’engager très avant son transfert aux collectivités territoriales. Toutes les
écoles tous les collègues sont placés par cette circulaire sous la menace de collectivités arrogantes etsoumises aux fluctuations des majorités politiques locales.
Le statut de fonctionnaire d’Etat n’y résisterait pas
!
Dans cette situation que deviendrait nos obligations de services définies nationalement, notre temps deservices, nos missions définies par décret, le droit à mutation, le droit au temps partiel ?Comment organiser les remplacements, comment garantir la liberté pédagogique, la laïcité,
l’indépendance professionnelle
?
Les collectivités territoriales auront toute autorité sur le Projet éducatif Territorial,
Les enseignants seront sous l’autorité des collectivités territoriales via le PEDT
:
 Nos commentaires La circulaire n° 2013-036 du 20-3-2013
C’est bien la collectivité territoriale qui estmaître absolu du PEDT, c’est elle qui l’initie,
qui décide de son contenu qui le contrôle.Les acteurs éducatifs locaux sont choisis par lacollectivité territoriale et révocables par elle.Toute la circulaire insiste sur ce caractèrefondamentalCe projet relève, à l'initiative de la collectivité territoriale compétente,d'une démarche partenariale avec les services de l'État concernés etl'ensemble des acteurs éducatifs locaux.


   Le PEDT a vocation à empiéter sur le temps scolaire :
Les élus politiques pourront donc « prendre lamain », au nom de la cohérence éducative dontils deviennent « garants », à travers le PEDT
qu’ils initient et qu’ils contrôlent, sur la
 pédagogie et les contenus des enseignements.La situation des équipes pédagogiques somméesde « mettre en cohérence » leur pédagogie, leur emploi du temps, leurs horaires de travail avecle PEDT vont être placés dans une situationimpossible. Nous avons déjà des exemples demairies qui ont manifesté une très agressive
volonté hégémonique sur l’école communale et
sur nos collègues.Le projet éducatif territorial (PEDT), mentionné à l'article D. 521-12du code de l'éducation, formalise une démarche permettant auxcollectivités territoriales volontaires de proposer à chaque enfant un parcours éducatif cohérent et de qualité avant,
pendant
et après l'école,organisant ainsi, dans le respect des compétences de chacun, lacomplémentarité des temps éducatifs.Il peut être centré sur les activités périscolaires des écoles primairesou aller jusqu'à s'ouvrir, selon le choix de la ou des collectivitésintéressées, à l'ensemble des
temps scolaire
, périscolaire etextrascolaire,Il formalise l'engagement des différents partenaires à se coordonner pour organiser des activités éducatives et assurer l'articulation de leursinterventions sur 
l'ensemble des temps de vie des enfants
L’école livrée à toutes les pressions locales politiques ou autres, selon le bon vouloir de la
collectivité territoriale :
La collectivité locale pourra s’y faireaccompagner pourra décide d’y faire
entrer en particulier :
- les caisses d'allocations familiales ou lamutualité sociale agricole- les autres collectivités territorialeséventuellement impliquées- des associations de jeunesse et d'éducation populaire- d'autres associations et institutions à
Le projet éducatif territorial est un
outil de collaboration locale qui peutrassembler, à l'initiative de la collectivité territoriale
, l'ensemble desacteurs intervenant dans le domaine de l'éducation : le ministère del'éducation nationale, le ministère des sports, de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative, les autres administrations de l'Étatconcernées (ministère de la culture et de la communication, ministèredélégué à la ville, ministère délégué à la famille, notamment), les caissesd'allocations familiales ou la mutualité sociale agricole, les autrescollectivités territoriales éventuellement impliquées, ainsi que desassociations de jeunesse et d'éducation populaire, ou d'autres associations
Les différents “partenaires“ s’engagent (doncles enseignants “engagés de force par la
DASEN, voir plus bas) à se coordonner et àarticuler leurs différentes interventions.Rappelons que les horaires des enseignants sontdéjà imposés par les collectivités territoriales aunom des rythmes scolaires.Le contrat est bien entre le DASEN et lacollectivité territoriale, les « autres partenaires », choisis par la collectivité,
n’auront comme pouvoir que d’accepter ce qui
leur sera demandé ou de quitter le PEDTCe sont les collectivités territoriales, à travers le
PEDT qu’elles initient et dont elles ont la
maîtrise qui deviennent même « garantes » dela continuité éducative entre les projets élaborésdans le premier et dans le second degré et lesactivités animées par les associations diverses
qu’elles auront choisies.
 Il formalise l'engagement des différents partenaires à se coordonner pour organiser des activités éducatives et assurer l'articulation de leursinterventions sur l'ensemble des temps de vie des enfantsLe projet éducatif territorial prend la forme d'un
engagementcontractuel
entre les collectivités, les services de l'État et les autres partenaires.Le projet éducatif territorial prend la forme d'un engagement contractuelsigné entre la collectivité porteuse, le préfet, le DASEN par délégationdu recteur et les autres partenairesL'objectif du projet éducatif territorial est de mobiliser toutes lesressources d'un territoire afin de
garantir la continuité éducative
entre,d'une part les projets des écoles et, le cas échéant, les projets desétablissements du second degré et, d'autre part, les activités proposéesaux enfants en dehors du temps scolaire.






  vocation sportive, culturelle, artistique ou scientifique notamment - des représentants de parents d'élèves
et institutions à vocation sportive, culturelle, artistique ou scientifiquenotamment, et des représentants de parents d'élèves.
La garantie de neutralité et de laïcité assurée par la République est totalement abandonnée :
Les intervenants ne doivent présenter desgaranties que pour la sécurité physique etmorale des mineurs. La neutralité, la laïcitégaranties par le service public national nesont pas eux du tout garanties, ni demandésni même évoquéesL'élaboration, la mise e
n œ
uvre et le suivi du projet éducatif territorialrelèvent des collectivités territoriales et de leurs partenaires, notammentassociatifs, qui doivent présenter les garanties nécessaires au regard de lasécurité physique et morale des mineurs.
L’inégalité entre communes mais aussi entre les enfants d’une même commune, organisée,
codifiée :
L’inégalité entre les communes
deviendra la règle mais aussi à
l’intérieur d’une même commune.
 Et bien non ! car la collectivité locales pourra prévoir le paiement de ses« prestations », excluant ainsi, de fait,certains enfants !Les activités proposées dans ce cadre n'ont pas de caractère obligatoire, maischaque enfant doit avoir la possibilité d'en bénéficier.
Les activités proposées dans le cadre du projet éducatif territorial ontvocation à s'adresser à tous les enfants
.
Dans un second temps
, la collectivité qui a l'initiative du projet éducatif territorial approfondit la concertation avec la direction des servicesdépartementaux de l'éducation national
e […]
en tenant compte des éléments de
cahier des charges,
lequel doit indiquer :- les tarifs des prestations éventuellement facturées aux familles ;
Abrogation de la circulaire sur les Projet Educatif Territoriaux
Abandon du projet de loi Peillon de territorialisation de l’école


Revenir en haut
Marie-Laure


Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2013
Messages: 5

MessagePosté le: Ven 31 Mai - 18:18 (2013)    Sujet du message: journée du 22 mai 2013 : venez tresser la corde qui servira à vous pendre ! Répondre en citant

Jamais entendu parler de ces concertations pour le mercredi 22 mai. Dans la commune où je travaille, le mercredi a été travaillé pour les enseignants et les enfants et idem dans les communes environnantes.

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:48 (2018)    Sujet du message: journée du 22 mai 2013 : venez tresser la corde qui servira à vous pendre !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LEBIENDEZENFANTS Index du Forum -> LEBIENDEZENFANTS -> ARTICLES Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com